« Petit émetteur Am »

schéma émetteur

Pour l’apprentissage du Code Morse on a le plus souvent recours à un oscillateur basse fréquence délivrant une note agréable. L’écoute s’effectue généralement sur un casque. Le montage que nous vous proposons a l’avantage de permettre la transmission de ce Code Morse à distance grâce à l’emploi d’un petit émetteur AM travaillant sur le haut de la gamme Petites Ondes.
Cet appareil pourra en outre constituer un excellent montage pratique d’initiation. La portée de l’émetteur .est évidemment très restreinte afin de ne pas perturber les émissions radiophoniques, et c’est la raison pour laquelle il porte le qualificatif d’« expérimental ».

Le schéma de principe

schéma émetteur

Le schéma de principe du montage est proposé figure VI-1. Deux transistors sont utilisés en tout et pour tout grâce à l’emploi d’un unijonction.

Pour délivrer la note audible on fait appel à un transistor unijonction T1 type 2N2646. Le condensateur C1 se charge à travers les résistances R1 et R2. Dès que la tension d’émetteur du transistor T1 atteint « la tension de pic » la jonction émetteur base 1 devient conductrice.

Dans ces conditions le condensateur C1 se décharge à travers l’enroulement primaire du transformateur T1. Ce dernier est un modèle très courant « de sortie » pour transistor d’environ 2 à 5 kΩ d’impédance primaire et quelques ohms d’impédance secondaire genre TRSS14 Audax. Dès que la tension émetteur est tombée, le transistor se bloque et le cycle recommence.

La résistance ajustable sert à déterminer la fréquence de la note engendrée.

Le cœur du montage fait appel à un transistor HF T2 monté en oscillateur « Hartley » modifié. Le circuit L1/C4 détermine la fréquence d’émission de l’ensemble.

La bobine L1 comporte à cet effet, 70 spires jointives de fil de 0,1 mm émaillé (ou sous soie) bobinées jointives sur un cadre plat de 50 mm de long et 18 mm de large. Un modèle rond de 10 à 12 mm peut convenir également.

La variation de la fréquence d’émission s’effectue par modification du coefficient de self induction, la capacité d’accord C4 restant fixe. C’est le procédé qu’emploient les constructeurs sur les autoradios avec les « variomètres ».

L’ensemble du bobinage doit pouvoir se déplacer ou glisser sur le cadre. Pour cela un moyen pratique consiste à enrouler préalablement sur le cadre un morceau de ruban adhésif du côté non collant afin que le côté collant se trouve précisément à l’extérieur.

Il suffit ensuite d’enrouler, par dessus, soigneusement les 70 spires jointives avec une prise au centre à 35 spires. Ces derniers restent alors bien en place grâce au côté collant de l’adhésif et l’on place un autre ruban adhésif du « côté normal » pour terminer l’exécution de la bobine L1.

D’un autre côté l’entretien des oscillations est provoqué par la cellule C2 R4 disposée entre la base du transistor T1 et le point froid du bobinage L1/C4. On peut être amené à modifier la valeur de R1 pour une meilleure transmission suivant le type de transistor employé.

La modulation d’amplitude requise pour ce genre de montage se réalise au niveau de l’émetteur par l’intermédiaire du transformateur T1.

Le condensateur C3 permet par ailleurs de munir l’appareil d’une antenne dont la longueur ne saurait excéder 1 m afin de réduire la portée du dit montage.

Le manipulateur sera tout simplement inséré dans la ligne positive d’alimentation  Le montage requiert 9 V via une pile 6F22.

Réalisation pratique:

Pour la réalisation pratique nous proposerons à nos lecteurs deux solutions puisqu’il s’agit d’un montage d’initiation.

La première possibilité de montage fait appel à une plaquette perforée au pas de 2,54 ou 5,08 mm. Cette plaquette ne comporte rien d’autre que des trous, elle est en stratifié genre circuit imprimé.

La figure VI-2 présente une implantation possible sur cette plaquette, des éléments constitutifs. Il est à noter ou remarquer que l’on peut très bien exécuter
ce montage suivant la figure VI-2 sur un morceau de carton ou bien une plaquette de contre-plaqué.

schéma émetteur

Tous les composants peuvent être disposés à plat sur la plaquette en question. Le transformateur TRt tiendra seulement par ses fils de connexions ou sorties rigides. Le primaire de ce dernier comporte trois sorties dont celle du centre qui n’est pas reliée.

On maintiendra le ferrocapteur Lj à l’aide de fils rigides traversant la plaquette à chaque extrémité. Le croquis de la figure VI-2 est publié à l’échelle* c’est-à-dire qu’il suffit de la découper et de la coller sur la plaquette toute perforée au pas de 5,08 pour obtenir la sérigraphie du montage sans risque d’erreur.

On perce ensuite le papier avec les connexions au moment de l’insertion des composants conformément au croquis. La figure VI-3 donne la vue de dessous de la plaquette c’est-à-dire les diverses liaisons à réaliser avec l’excédent des composants afin de bien traduire le schéma de principe.

Avec une disposition des éléments pratiquement identique on peut avoir utilement recours à une plaquette M Board dont l’utilité n’est plus à démontrer. Le ferrocapteur oblige l’emploi d’une plaquette M19. Cette dernière comporte 12 bandes conductrices repérées à l’aide des lettres A à L. Ces bandes sont elles-mêmes perforées régulièrement de 25 trous au pas de 3,81 mm.

A l’appui de ces coordonnées la figure VI-4 propose une implantation possible des éléments. Ces derniers sont tous montés à plat à l’exception du condensateur C4. Deux straps de liaison entre les bandes conductrices sont nécessaires en

H 18 J 18 et A20 F20

Cette fois-ci, il ne s’agit plus d’effectuer de liaison mais seulement de couper aux endroits adéquats les bandes conductrices comme le concrétise très bien la figure VI-5.

schéma émetteur

Pour le maintien du cadre on procédera de la même façon que précédemment.

Avant de mettre sous tension le montage il convient  de vérifier la continuité du circuit et de s’assurer qu’il n’y a point de soudure provoquant des courts-circuits accidentels.

La mise au point de l’émetteur consiste simplement à placer le radio-récepteur sur la gamme PO vers le haut du cadran et de déplacer le ferrocapteur en faisant glisser le bobinage L1, le tout en appuyant évidemment sur le manipulateur.

schéma émetteur

* dimension du schéma VI-2      AB = 11.4 cm     AD == 5.5 cm

source : « les modules d’initiation électroniques  » de   B.Fighiera    3éme édition 1980 

Radioamateurs-France2

Publicités

5 réflexions sur “« Petit émetteur Am »

  1. Prya

    Bonsoir
    Je voudrais utiliser ce schéma mais j’ai d’abord une petite question.
    Quelles valeurs avez-vous pour les condensateurs et les résistances ? Comment les choisir ? Merci.

    1. fred la source est : « les modules d’initiation électroniques » de B.Fighiera 3éme édition 1980 . . c’est un ancien article passsait a l’époque sur le site URC .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s