Dictionnaire de la Radio D « RETRO »

images

DECHARGE. — Opération inverse de la charge (voir ce mot).

DECIBEL. — L’oreille humaine mesu­rant l’intensité du son d’après une échelle logarithmique, on a été amené à employer une unité de sen­sibilité qui soit reliée aux constan­tes électriques par une équation lo­garithmique. C’est le Décibel qui se définit par la relation :Décibel (Db) gain ou perte = 10 log 10( Watts de sortie / watts d’entrée)

Pour simplifier la comparaison des différentes m/esures on a fixé le zéro à 6 milliwatts (0 watt, 006). En con­séquence, toute puissance supérieure à cette valeur est marquée du si­gne + et toute puissance inférieure, marquée du signe

DEMULTIPLICATEUR

 Dispositif dont sont munies presque toutes les commandes des condensateurs va­riables afin d’obtenir une plus gran+ de précision dans le réglage. Ce dernier est d’autant plus pointu :

1° Que la fréquence sur laquelle n s’accorde, est élevée ;

2° Que l’émetteur est faible ou éloi­gné ;

3° Que le poste est sélectif.

DENSIMETRE. — Appareil destiné à mesurer la densité d’un liquide. En électricité et radio, on n’utilise que le densimètre pour acide sulfurique, sa densité étant le seul moyen pré­cis de contrôler l’état de charge d’un accu. Le voltmètre n’est d’au-.

cune utilité pour cette vérification, car il indique seulement la tension du moment. Le densimètre permet de voir « ce qu’il reste » encore com­me charge disponible.

DEPHASEUSE. — Se dit d’une lam­pe chargée de déphaser (ne plus mettre en phase) et que l’on place toujours devant un amplificateur BP équilibré utilisant des résistances et condensateurs de liaison entre éta­ges.

Lorsque ce sont des transformateurs utilisés comme liaison, cette lampe est inutile, car une tension positive apparaît sur la grille d’entréo d’une des deux lampes de l’étage BF alors qu’une tension négative apparaît sur la grille d’entrée de la seconde. Le déphasage existe déjà au préalable. L’absence de transformateurs (liai­son par résistances et condensateurs par conséquent) supprime ce dépha­sage qu’il faut produire artificielle­ment par une lampe jouant unique­ment ce rôle. (Voir amplification BP équilibrée.)

DERIVATION (Voir Parallèle)

DESCENTE D’ANTENNE (Voir An­tenne) .

DETECTEUR. — Système ou ensem­ble de systèmes opérant la détection (voir ce mot). Le premier détecteur fut le cohéreur de Branly. Vinrent ensuite le détrcteur magnétique de Marconi, l’électrolytique Férié, tous abandonnés maintenant. Le détecteur sec qui subsiste encore et donne d’ailleurs de très bon résultats lorsqu’il est utilisé dans les con­ditions requises est le Détecteur à cristal de galène.

d002

Un poste récepteur utilisant cette détection ne nécessite aucune source de courant et son fonctionnement est assuré par la très faible énergie recueillie par l’antenne. Le premier défaut de ce détecteur est son ins­tabilité qui oblige l’opérateur à re­chercher continuellement le point sensible. On peut utiliser ce détec­teur conjointement avec les lampes, mais alors son emploi devient inu­tile puisque la lamipe peut assurer cette même fonction par un monta­ge spécial.

Aujourd’hui la détection est exclu­sivement assurée par une lampe. Le cristal de galène est encore employé chaque fois que l’écoute au casque suffit et qu’il n’y a pas d’amplifica­tion à envisager.

DETECTION. — Action de détecter. Rendre audible ou de basse fréquen­ce, des courants inaudibles de haute fréquence.

d001

Un récepteur peut ne comporter qu’un détecteur (poste à galène ou Détectrice avec ou sans réaction). H peut aussi être précédé seulement d’étages HF, dans le but d’augmen­ter sa sensibilité ou suivi d’étages RF pour accroître sa puissance. Un récepteur moderne comporte l’am­plification HF et BF dans le but d’obtenir à la fois sensibilité et puis­sance. On peut avoir, selon les cas :

HF -f Détect. + BF

HF +Détect. + BF + BF

HF + HF + Détect. + BF etc..

On voit que, de toute manière, la Dé­tection est le circuit indispensable sans lequel aucune écoute ne peut être envisagée.Il existe différentes sortes de détec­tion par lampe : Détection par la. Grille, par la Plaque, Détection li­néaire par Diode, Détection de puis­sance, Détection dite Sylvania, Silvertone (schéma ci-dessous), etc.

DIELECTRIQUE. — Isolant placé en­tre les armatures ou électrodes d’un condensateur fixe, ajustable ou va­riable.

Terme utilisé souvent à la place du mot « isolant ».

DIFFERENCE DE POTENTIEL.

Différence qui existe entre deux points placés électriquement à un potentiel différent. Elle s’exprime en volts. Pour trouver une diff. de pot. de 1 volt, il faut qu’une force fasse passer un courant de 1 ampère dans un circuit d’une résistance égale à 1 Ohm.

DIODE. — Lampe à deux électrodes : Filament-Plaque pour une lampe à chauffage direct et Cathode-Plaque pour une lampe à chauffage indirect. Ce genre de tube convient parfaite­ment pour un redressement idéal du courant. Elle permet la Détection linéaire et s’emploie beaucoup dans les postes modernes. Une valve mo­noplaque est également une diode. La lampe diode, utilisée en détec­trice ne permet aucune amplifica­tion de par son propre rôle. Aussi existe-t-il des diodes-triodes, diodes-pentodes, qui ne sont pas autre chose que des lamtpes doubles.

DISTORSION. — Déformation de la musique ou de la parole due, la plu­part du temps, à une amplification exagérée, à une mauvaise polarisa­tion des lampes du poste ou à un défaut dés transformateurs ou du haut-parleur.

DIVISEUR DE TENSION. — On ap­pelle ainsi une résistance variable ou ajustable (Potentiomètre ou ré­sistance à collier), mise en parallèle sur une source. Selon la position du ou des curseurs mobiles, on pourra prendre une tension quelconque, comprise entre zéro et le maximum de la source.

d003

DOUBLET. — Nom donné à un type d’antenne antiparasites de réception comportant deux brins de 9 à 10 mè­tres, placés bout à bout, mais isolés l’un de l’autre. Deux brins de des­cente torsadés se connectent l’un à. la borne « antenne » du poste, l’au­tre à la borne « terre ». L’effet anti­parasites de cette antenne se fait surtout sentir sur ondes courtes.

DOUBLE-TRIODE. — Deux lampes triodes, incluses dans un seul tube et se présentant comme une lampe uni­que.

DYNAMIQUE. — Littéralement : Par­tie de la mécanique qui s’occupe des relations entre les forces et les mou­vements qu’elles produisent. On appelle « caractéristiques dyna­miques d’une lampe », celles qui sont relevées en fonction des résistances et accessoires de liaison intercalés dans les circuits de leurs électrodes. Abbréviation courante de « Haut-parleur électro-dynamique » (Voir Haut-parleur).

DYNE. — C’est la force qui imprime une accélération de 1 cm à 1 gram­me-masse, pendant 1 seconde.

73 de F6KSS

source : dictionnaire de la radio By GEO Mousseron

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :