Une antenne mince et discrète pour les bandes HF

images poubelle

L’antenne décrite dans cet article est sûre­ment loin d’apparte­nir au monde des aériens «Hi­Tech». Elle est simple, mais elle fonctionne. Les maté­riaux utilisés pour sa construction sont disponibles dans toute quincaillerie qui se respecte. Les principaux composants, en effet, sont des tuyaux de sèche-linge et des couvercles de poubelle. Il y a près de 18 ans, avec ma femme nous avons déménagé dans l’Oregon pour s’y éta­blir et passer une retraite heu­reuse. Comme tout un cha­cun, j’ai pensé que je passerai ici de grands moments de radioamateurisme, avec de grandes et nombreuses antennes (Ça fait rêver les couvertures de CQ !). Le site choisi correspondait parfaitement à notre attente, puisque placé à quelques centaines de mètres de l’océan Pacifique, en haut d’une falaise de plus de 150 m, sans lignes électriques alentour, ni voisinage.

308.103

Tout se déroula comme prévu jusqu’en 1993, lorsqu’un promoteur immobilier décida de construire un tas de mai­sons dans notre secteur, ap­pliquant de ce fait une loi in­terdisant l’installation d’an­tennes. Pas étonnant qu’il n’y avait pas de lignes à haute tension dans le secteur ! En tant que radioamateur, j’ai quand même pu obtenir l’au­torisation d’installer une peti­te verticale pour le 2 mètres, mais il n’y avait aucune chan­ce d’obtenir la même chose pour mes antennes HF. Vint alors la question de la procé­dure à suivre pour pouvoir émettre en décamétriques. Que penser d’une verticale déguisée en mât porte-dra­peaux ? Trop risqué. On au­rait tôt ou tard découvert la supercherie. Des fils très fins suspendus dans les arbres ? Là, on aurait eu des pro­blèmes avec le vent(n’ou­blions pas que nous sommes en bord de mer). Utilisons les gouttières alors. Pas de chan­ce, elles sont en plastique. Frustré, je décidais d’ouvrir mes ouvrages de référence. L’antenne devait pouvoir se loger dans le grenier, confiné dans un espace ne dépassant pas 1,20 m de haut sur 9,60 m de long. Pendant ce temps, je mettait tout en œuvre pour construire une bonne station, avec une terre HF de bonne qualité. Mon système de terre consiste en trois piquets de 2,50 m chacun disposés en étoile autour d’un piquet central. Ils sont tous reliés à la partie supérieure à l’aide d’un tube de cuivre de gros diamètre. L’un des piquets est placé tout près du mur de la maison, ce qui permet de ré­duire la longueur de la connexion avec la station. Une tresse de cuivre de 1,50 m traverse le mur. Elle est fixée d’une part sur le ré­seau de terre, et d’autre part à une plaque de cuivre située dans la station et sur laquelle repose mon ICOM IC-737 et son coupleur automatique. J’avais tout fait pour bâtir une station correcte, à tous les ni­veaux. Il ne manquait guère qu’une antenne. La colère m’a pris et je suis allé rendre visite à mon quincaillier préféré. Au fond du magasin, un vendeur découpait une longueur de tuyau destiné à convoyer de l’air chaud dans un sèche-linge. J’ai demandé au vendeur s’il en avait un plein rouleau. Miracle, il en avait à revendre.

J‘ai foncé à la voiture pour chercher un multimètre, un aimant et de quoi mesurer, les mesures donnaient ceci :

Résistance de la bobine : 3,8 ohms

Matériau : magnétique, un genre de ressort en acier. La résistance à la corrosion est pauvre, mais la gaine en vinyle est là pour ça

Diamètre : 10 cm, longueur 453 spires X pi = 144 m envi­ron.

J’ai failli embrasser le ven­deur !

Alors que je remettais le tuyau dans son emballage, mon regard a été attiré par un étalage de couvercles de pou­belle en acier galvanisé. Tout le monde sait que les an­tennes raccourcies nécessitétent des «chapeaux» capacitifs pour à la fois élargir la bande-passante, assurer un accord parfait et empêcher les arcs aux extrémités de l’antenne. J’en ai donc acheté deux de 60 cm de diamètre avant de foncer vers la mai­son avec mes acquisitions. Je décidais d’assembler mon antenne dehors avant de la fixer définitivement dans mon grenier.  

j’ai coupé le tuyau au milieu pour y fixer un balun 4:1. Les deux cou­vercles de poubelle ont ensui­te été fixés aux extrémités. Les mesures pouvaient com­mencer. Il a simplement fallu espacer de façon uniforme chaque spire et enlever 5 spires de chaque côté. L’an­tenne résonnait sur chaque bande amateur entre 80 et 10 mètres. Toutes les bandes, WARC incluses, donnaient une impédance comprise entre 18 et 143 ohms ce qui, pour mon coupleur automa­tique, ne présenterait aucune difficulté. Restait à installer l’antenne dans le grenier. Comment se comporte-t-elle ? Il est vrai qu’elle n’a rien de comparable avec une beam ou un long-fil, mais un grenier de si petite taille a ses limites. En revanche, elle se comporte très bien en récep­tion. Je dois, cependant, éteindre les tubes d’éclairage néon pour éviter le bruit lo­cal.

Quelques «tuyaux»

La première leçon que Ton peut en tirer a été apprise chez le quincaillier. Ce genre de tuyau est très «vivant» et à l’intérieur du tuyau. Prenez soin d’attacher ce fil avec des nœuds de pêcheur, car sinon vous risquez de l’affaiblir. Mettez aussi un morceau de mousse sur les bords des poutres pour éviter de couper le fil.

Enfin, la troisième leçon peut être ignorée par ceux qui dis­posent d’un grenier plus grand. En effet, il convient d’être assez souple pour mar­cher en «canard» entre les poutres d’un grenier, et pour ne pas passer à travers le pla­fond !

fig 1 antenne003

Informations complémentaires

Je ne vous donnerai pas de chiffres concernant les mesures et les caractéristiques car, comme l’antenne elle-même, elles sont assez «flexibles». Il est possible, en effet, d’étirer ou de resserrer les deux brins en jouant sur l’écartement des spires afin d’obtenir une résonance sur une bande particuliére. 

J’ai utilisé les calculs d’impédance de l’ARRL Handbook pour connaître l’inductance de la bobine, donnant une va­leur l’ordre de 227 uH. La capacitance des couvercles de poubelle est d’environ 0,2 pF. La fréquence de réso­nance de l’ensemble est si­tuée vers 31 MHz. Enfin, cette antenne se com­porte plutôt bien dans l’en­semble, puisque depuis mon QTH en Oregon, j’ai pu contacter une bonne partie des États-Unis, la Nouvelle-Zélande, le japon, le Portugal et la Suède. Tous ces endroits ont été contactés avec moins de 100 watts.

sources Bernie cloer  KC7CP & Frank King AA7XA                                                               CQ magazine Décembre 1997

F8DFO/F6KSS

Publicités

Une réflexion sur “Une antenne mince et discrète pour les bandes HF

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s