Comment Augmenter sa Vitesse en CW ?

Il est possible pour tout un chacun de devenir un opérateur CW très performant. Pour cela, il n’y a pas de secret, il faut s’entraîner. Voici une méthode qui a déjà fait ses preuves…  Par JIM REID  AH6NB

mr morse023

Voici un sujet intéressant pour les  télégraphistes désireux d’améliorer leur vitesse, à la fois en récep­tion et en émission, pour devenir un opérateur QRQ. Un opérateur QRQ est capable de trafiquer confortablement en trafic DX à 30 ou 40 WPM et à 40 ou 50 WPM, voire plus, en contest. On dit, à titre d’exemple, que Nose, KH6IJ, est capable de copier des indicatifs en contest à près de 75 WPM…

Quelles sont donc les méthodes qui vont nous permettre d’atteindre de telles vitesses et comment devons-nous occuper notre temps libre pour l’entraînement ? D’abord, admettons que vous en êtes à  10 ou 12 Wpm   à l’heure actuelle…

Expérience sur l’air

Le simple fait de réaliser de nombreux QSO en dehors des périodes de con­cours est sûrement la meilleure façon de procéder. Rangez votre micro dans un placard pendant plusieurs semaines et arrêtez tout trafic en SSB, SSTV, RTTY. Packet, j’en passe et des meilleurs. Cette période sera entièrement consacrée à l’amélioration de votre vitesse en CW.

Les « contesteurs » chevronnés utilisent leurs logiciels de saisie pour transmettre les appels. Seulement, pour utiliser ces logiciels tout en étant performant à l’occasion d’un concours, il faut aussi être un excellent claviste. Une connaissance parfaite du clavier s’impose donc.

Réception QRQ

Avant de vous aventurer parmi les dizaines de programmes d’entraînement qui existent, commencez par une bonne session de décodage à grande vitesse. A l’aide de votre récepteur, trouvez des QSO que vous êtes capable de décoder sans peine avec un papier et un crayon. Ensuite, posez le crayon et continuez à écouter le QSO en cours.

Tentez de reconnaître les lettres au fur et à mesure qu’elles sont transmises puis, groupez-les pour en faire des mots. Ce n’est pas très facile, certes, mais cela vaut la peine d’essayer.

A coup sûr, cela vous prendra un peu de temps pour apprendre à décoder et comprendre ces QSO sans papier ni crayon. Peut-être 3 ou 4 semaines. Notez L’indicatif, le prénom de l’opérateur, son QTH et son report sur le papier, mais décodez le reste sans aide extérieure.

Tout en continuant cet entraînement, trouvez-vous une personne de bonne volonté qui voudra bien vous lire des articles de Presse, ou un livre, en épelant les mots lettre par lettre. Votre assistant devra vous lire le texte sans prononcer les mots.

C’est exactement ce qui se passe lorsque vous décodez le Morse lors d’un QSO en CW : les mots vous parviennent sous forme de lettres individuelles. Vous devez reconstituer ces lettres pour en faire des mots cohérents.

Commencez à une vitesse d’une lettre par seconde, par exemple, en indiquant à votre assistant de lire les lettres au rythme d’une pendule mécanique. Cela correspond à 12 WPM (au standard « PARIS », 100 caractères par minute correspondent à 20 WPM). Lorsque vous arriverez à comprendre sans aucune difficulté le sens du texte épelé, demandez à votre assistant de passer à la vitesse  supérieure, soit 2 lettres par seconde. Ceci, bien entendu, augmente la vitesse de décodage à 24 WPM ; un grand saut en avant pour la CW, mais pas pour cet exercice !

A cette vitesse, lorsque vous parviendrez à comprendre chaque mot pratiquement sans réfléchir, ainsi que le sens du texte dicté, vous pourrez vous dire que votre vitesse en CW ne doit pas être très loin derrière, et que vous êtes sur le chemin de la réussite en trafic QRQ.

En CW à haute vitesse, vous devrez copier les caractères à un rythme de 3 par seconde, ce qui correspond à une vitesse de 36 WPM environ. Avec un peu d’encouragement, votre assistant pourra peut-être tenter de lire son texte à cette vitesse pour vous donner une idée.

Cette vitesse est celle que l’on atteint normalement en DX QRQ et en concours. Bien sûr, vous pouvez aussi utiliser un métronome de pianiste pour donner le rythme exacte.

Ainsi, 100 battements donnent 20 WPM, 180 battements donnent 36 WPM et ainsi de suite. Mon métronome ne va pas plus vite que 208 battements par minute, ce qui correspond à 41 WPM.

Le Morse généré par ordinateur atteint des vitesses phénoménales, pouvant atteindre plus de 450 caractères par minute ! Bien sûr, lors des concours, on ne transmet quasiment que des indicatifs et les bons opérateurs connaissent déjà la « musique » de chaque préfixe.

Il existe également de nombreux programmes d’entraînement par ordinateur. Ces logiciels peuvent vous transmettre des groupes de lettres, des séries aléa­toires, du texte, voire même des QSO types. Le logiciel UFT permet tout cela.

il  y aussi quelques rares logiciels de pile up, comme par exemple Mac PileUp ou PED. Si vous transmettez un texte en clair, veillez à retirer toute la ponctuation inutile, comme les parenthèses et autres point-virgule.

Utilisation de l’ordinateur

Souvenez-vous que pour l’instant, on essaye de se concentrer sur la lecture au son sans papier, ni clavier. Nous verrons cela plus tard.

Une fois que vous avez choisi vos textes, il n’y a plus qu’à démarrer.

Si vous connaissez votre vitesse de lecture normale (avec papier et crayon), réglez l’ordinateur à cette vitesse + 5 WPM. Lancez le programme, et écoutez sans rien faire d’autre pendant trente mi­nutes deux fois par jour. Au début, vous ne copierez qu’une lettre de temps en temps. Il vous arrivera de forcer votre concentration sur une lettre particulière et vous louperez les 5 ou 6 lettres suivantes ! Ne perdez pas espoir et continuez votre entraînement. Bientôt, vous décoderez l’ensemble des lettres d’un mot.

Plus cet entraînement sera intense, plus vous progresserez. En deux ou trois semaines, avec cette méthode, vous commencerez à comprendre les textes naturellement. Dès que ce sera le cas, augmentez encore la vitesse de 5 WPM. Continuez ainsi pendant encore 3 à 4 semaines et vous verrez, vos efforts seront payants.

Arrivé à ce stade de l’entraînement, vous devrez commencer à apprendre à saisir les indicatifs sur le clavier, comme si vous étiez en plein contest ; le but étant de taper les indicatifs sans faire d’erreurs. Vous devez les saisir quasi simultanément au moment où l’indicatif traverse le haut-parleur.

Entraînement à l’Emission

mr morse024

N’utilisez pas votre clavier, ni la fameuse touche « F1 » pour mettre en application les conseils qui suivent, car cela ne servirait à rien ! Utilisez un manipula­teur manuel, de préférence semi-automatique ou de type ïambique. Le keyer électronique transmet une CW « parfaite », avec une durée régulière des points et des traits, un espacement convenable, etc. C’est donc un excellent outil d’apprentissage pour le cerveau.

Réglez le manipulateur de façon à ce que vous n’ayez pas besoin de taper dessus pour en sortir quelque chose. Le ressort ne doit pas être trop tendu pour ce faire. Les manipulateurs de bonne qualité sont lourds, justement pour cette raison. Vous pouvez aussi le poser sur un tapis de souris pour l’empêcher de glisser sur la table.

Ensuite, commencez à transmettre à très grande vitesse. Cette méthode est très bonne, car vous devez former des mots à partir d’idées et, simultanément, les transformer en Morse.

C’est le procédé totalement inverse de la réception. Là encore, au bout de quelques séances d’entraînement, vous ne penserez même plus à la traduction des lettres en Morse.

Il faut que votre subconscient utilise les mêmes procédés à l’émission comme à la réception, un peu comme si vous parliez une autre langue sans même ré­fléchir à ce que vous dites.

Certains Amateurs de mon entourage peuvent maintenant travailler à plus de 55 WPM grâce à cette méthode.

Vous pouvez vous perfectionner encore en recevant et en transmettant des textes en clair. Cela fera de vous un véritable opérateur « de course » !

Enfin, il est important de s’entraîner quotidiennement pour ne pas perdre la vitesse.       

Source CQ Radioamateur Octobre 1996  

Radioamateurs-France2

Publicités

6 réflexions sur “Comment Augmenter sa Vitesse en CW ?

  1. Très intéressant, mais on oublie un peu vite que l’on accélérera sa vitesse uniquement en travaillant les points faibles de l’opérateur surtout pour ce qui est de la lecture. La lecture est un mécanisme cérébral assez compliqué, il convient de trouver les leviers qui coincent , les séquences difficiles ( e i s h 5 t a n v 4 ), pour acquérir une maîtrise parfaite.
    Améliorer les points faibles tel est le maître mot.

    73 Eric F5UCK

  2. Bonjour, très bon article, merci!

    Pour info, il y a le logiciel NVDA (gratuit) qui permet de lire un texte lettre à lettre et qui peut donc aider pour le premier exercice que vous recommendez.

    73, José F4WAR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s